Les CONservateurs et la science-«Plus on tient une position idéologique forte, plus on considère que les données objectives sur une réalité comptent moins que l'opinion que l'on se fait»



http://www.ledevoir.com/politique/canada/342301/abandon-d-enquetes-par-statistique-canada-ottawa-accuse-d-aveuglement-volontaire

«Plus on tient une position idéologique forte, plus on considère que
les données objectives sur une réalité comptent moins que l'opinion
que l'on se fait»

Abandon d'enquêtes par Statistique Canada - Ottawa accusé
«d'aveuglement volontaire»

La mesure objective du présent est en cours d'effacement. Depuis avril
2006, Statistique Canada a mis un terme à la publication de dizaines
d'analyses statistiques d'envergure dans des domaines aussi variés que
les grossesses au pays, les avortements, le transport en commun, les
déplacements des individus, la culture, les exportations par pays, la
radiodiffusion, les télécommunications ou encore les produits
chimiques industriels, a découvert Le Devoir.

Cette mise au rancart importante, qui s'accompagne également de la
disparition programmée ou en cours de plusieurs enquêtes et sondages
de l'organisme, est d'ailleurs qualifiée «d'aveuglement volontaire»
sur la réalité canadienne par les défenseurs de la science qui
entrevoient déjà, pour l'avenir, l'incapacité du gouvernement à
prendre des décisions sur des «faits avérés», laissant ainsi libre
court aux dérives idéologiques, selon eux.

«Lorsque l'on cesse une enquête ou une analyse statistique, on accepte
de ne plus avoir d'informations sur le sujet touché, résume à l'autre
bout du fil Pierre Noreau, président de l'Association francophone pour
le savoir (Acfas) et professeur au Centre de recherche en droit public
de l'Université de Montréal. Ces décisions sont portées par le
désintérêt affiché par beaucoup de députés conservateurs pour la
mesure précise et scientifiquement fondée de la réalité canadienne.
Plus on tient une position idéologique forte, plus on considère que
les données objectives sur une réalité comptent moins que l'opinion
que l'on se fait dessus.»

.