La Saga de Youza - Youzas Baltouchis



Pascale Arguedas
02-01-2006

La Saga de Youza est autant le roman de la Lituanie que celui de ce
paysan qui choisit de fuir le monde par chagrin d’amour. Taciturne,
violent, généreux, sévère, Youza est le portrait d’un solitaire
vivant dans une nature qui l’est autant que lui, dans cette Lituanie
bouleversée par l’Histoire.

Car l’Histoire ne va pas cesser de frapper à la fenêtre de Youza
qui se croyait à l’écart du monde des hommes. Ce sont d’abord les
Allemands du Kaiser, puis les Russes du Tsar, les bolcheviks, les
déportations Soviétiques.

Youza sème des graines de vie sur ses terres inhospitalières et
infertiles. Il plante des cerisiers en fleurs sur des tombes anonymes,
allemandes et russes, oubliées des hommes et des dieux. Au rythme des
saisons, ce paysan rustre, témoin central des secousses géopolitiques
de la Lituanie, demeure un homme de silence que le bruit des mots
dérange : « Des mots, des mots ! »

La Saga de Youza réunit le songe à la légende comme elle relie aussi
les littératures scandinaves à celles du monde slave sur une terre
qui ne se livre pas au premier venu et dont nous ne connaissons presque
rien. À commencer par une écriture pleine de sève, de saveurs et de
senteurs de l'Europe du Nord. Un roman contemporain qui sonne comme une
fable tant par l'exotisme du vocabulaire que par le dépaysement que ce
pays nous impose. Peut-être faut-il d’ailleurs conseiller de
commencer la lecture de Youza par le lexique placé à la fin du livre
pour se familiariser avec la langue de Baltouchis.

C'est une lecture qui dépayse, qui décoiffe vraiment nos habitudes.
Si simple, si évidente, si transparente, malgré tant de mots qui
n'existent pas, qui n'existent plus, des dialectes et des parlers
paysans des différentes provinces, des tournures des chasseurs et des
métiers.

L’art de ce roman réside à la fois dans sa prodigieuse richesse de
vocabulaire et dans la simplicité et l'efficacité avec lesquelles
l’auteur évoque l'Histoire de son pays.

.